Les GERPLAN en actions

Création d’une mare à Uffholtz

Vue sur la partie amont de la zone humide, Uffholtz, 2016.

Vue sur la partie amont de la zone humide, Uffholtz, 2016.

Dans le cadre du GERPLAN de la communauté de communes Thann-Cernay, la commune d’Uffholtz a créé en ce début d’année 2020 une mare sur la zone humide au lieu-dit Mamberg.

Afin de bien comprendre les enjeux écologiques et hydrologiques du site, ce dernier a fait l’objet auparavant d’une étude menée par l’association BUFO*, dont les objectifs  étaient de :

  • décrypter son fonctionnement hydrologique,
  • relever les différentes espèces présentes (amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères,etc.),
  • cartographier les différents habitats,
  • définir les modes de gestion pratiqués.

Cette étude a permis de dégager différentes mesures de restauration afin de pérenniser, voire d’améliorer, la fonctionnalité écologique et hydrologique de cette zone humide. En premier lieu, et afin d’assurer une maîtrise foncière de ce secteur, la commune a décidé de racheter des parcelles.

Travaux de creusement de la mare, Uffholtz, 2020.

La seconde opération communale a été réalisée début 2020 et a consisté en la création d’une mare sur la partie aval de la zone humide. Cette mare devrait produire un gain net au niveau de la biodiversité, tout en apportant un effet « tampon » supplémentaire par rapport aux écoulements et à la filtration des eaux souterraines.

 

 

L’association BUFO assurera un suivi du site et notamment des inventaires faunistiques, permettant ainsi d’observer les effets des travaux réalisés sur l’évolution de la biodiversité et des milieux.

Cette opération communale est soutenue par le Département du Haut-Rhin et Rivières de Haute-Alsace.

*BUFO : Association pour l’étude et la protection des amphibiens et reptiles d’Alsace.

Pourquoi préserver les zones humides et améliorer leur fonctionnalité ?

  • elles sont le refuge de très nombreuses espèces : les zones humides renferment un grand nombre d’habitats reconnus pour leur haute valeur écologique. Ces espaces permettent aux oiseaux, amphibiens et poissons de se nourrir, d’hiverner, de se réfugier et de se reproduire. De nombreuses espèces ne peuvent survivre sans les zones humides. Celles-ci abritent plus de 30 % des plantes remarquables et menacées en France et de nombreux oiseaux migrateurs, amphibiens, insectes.
  • elles épurent l’eau : la zone humide agit comme un épurateur naturel de l’eau. La végétation joue un rôle de filtre en piégeant des matières en suspension et en absorbant les minéraux dissous tels que les nitrates ou les phosphates.
  • elles protègent les sols : la végétation des zones humides fixe les berges, les rivages et les sols. Elle ralentit l’écoulement des eaux et évite le transport de la terre. La végétation des zones humides constitue une protection contre l’érosion des sols.
  • elles régulent les crues : la présence de végétation dans les zones humides constitue un frein au ruissellement. La crue est retardée.
  • elles rechargent les nappes et soutiennent les étiages : les zones humides se comportent comme des éponges. L’eau est stockée lors des périodes de hautes eaux et restituée lors des périodes d’étiage.
L’existence et la préservation de tels milieux au sein d’une commune constitue donc un enjeu majeur.

 

Article rédigé par Julie Arnold, Communauté de communes Thann-Cernay.